What a glorious day !

--

07 avril 2008

"Ensemble c'est tout" d'Anna Gavalda

411MH5N21VL__AA240_Il me fallait critiquer le fameux Ensemble c'est tout, de la non moins fameuse Anna Gavalda alors que celle-ci vient de terminer La Consolante.
Ensemble c'est tout est devenu -malheureusement ?- un classique du blog littéraire. Or j'ose me revendiquer administratrice d'un tel blog. Je me sens donc obligée de commenter ce roman peu ragoûtant.
En réalité, je n'ai rien de rien à critiquer en ce moment vu que je lis Moustiques de William Faulkner et que cela me prends du temps. Je me suis donc dis que j'allais faire, en attendant, un petit tour de piste des romans à succès les plus ratés. J'ai tout naturellement pensé à notre amie Gavalda.

Ce que je reproche à ce livre ? Je le trouve méprisant, voilà. Objectivement, Ensemble c'est tout est un excellent divertissement : des personnages originaux et -somme toute- attachants se retrouvent dans un même lieu et se rendent compte que, à plusieurs, la vie est bien meilleure. Dingue je vous dis ! C'est un peu naïf, mais pourquoi pas ? C'est le parti pris de l'auteure après tout.

Ce qui m'embête un peu plus, c'est qu'Anna Gavalda habille le tout d'un espèce de regard hautain que j'abhorre : l'héroïne a l'extrême gentillesse d'expliquer à son imbécile de coloc qui sont Dürer et Hokusaï avec un mielleux implacable. Et sous couvert de cette sage largesse d'esprit, on sent pointer le mépris de ceux qui savent, de ces héros qui osent partager avec les ignorants, qui, souriant en guise de bienvenue, se délectent de ce savoir. Franchement, ça se passe comme ça autour de vous ? Parce que chez moi non ! Je pense que ce n'était absolument pas nécessaire d'en faire des tonnes, le roman aurait été un peu moins nauséabond de ce point de vue là.

Surtout qu'on nous vend un roman à image intellectuelle, du parisianisme pur jus. Alors, on s'attend au moins à quelque chose de bien rédigé. Que nenni ! Le style est très baclé et même si Gavalda veut sans doute pondre quelque chose qui lui est propre, ce n'est pas bon. Ce sont juste des phrases juxtaposées énonçant des faits. Parfois, une réflexion pointe le bout de son nez, mais elle n'est jamais approfondie.
Et qu'on ne me dise pas que je m'attache trop à la forme. Avec des phrases type sujet verbe complément, même mon collégien de frère pourrait écrire un bouquin et être en tête des ventes.

La question que je me pose aujourd'hui est : est ce que je vais acheter puis lire La Consolante ? Vais je oser dépenser 23 euros pour perdre mon temps à lire des histoires mal dites et niaises ? Je crois que j'en serais capable, guilty pleasure oblige. Cependant, je me suis jurée à la fin d'Ensemble c'est tout qu'Anna Gavalda ne s'enrichira plus jamais à mes dépends. A suivre, donc...

Posté par oranee à 22:38 - Guilty pleasure - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire