What a glorious day !

--

29 avril 2008

"Divisadero" de Michael Ondaatje

9782879295794Divisadero est un roman rédigé par le canadien Michael Ondaatje déjà auteur du Patient anglais et publié en France en septembre 2007 aux Editions de l'Olivier. Entre Anna et Cooper, orphelin recueilli par le père de la première, se noue à l'adolescence une histoire d'amour passionnelle très vite avortée par ce dernier. Quelques années plus tard, pendant que Claire, la sœur d'Anna, retrouve  Cooper à Las Vegas, Anna, qui étudie la vie du poète Lucien Segura dans le sud-ouest de la France rencontre Rafael.

L'atmosphère est pesante tout au long de ce roman magnifiquement orchestré par la plume d'un auteur que j'ai été ravie de découvrir. Ondaatje est à n'en pas douter un grand narrateur : j'ai vraiment appréciée la manière dont il a agencé son récit.

Surtout que son style s'avère tout à fait délicat et réservé. Même si, à certains moments, cela peut conduire à un léger agacement du lecteur : j'aurais aimé que les personnages soient plus engagés dans leur opinions et dans leurs actions. Mais cela était peut être dû à leurs traits de caractère.

Il est vrai que le choix pris par l'auteur de narrer plusieurs intrigues indépendantes peut surprendre : je n'ai pas vraiment compris l'intérêt qu'il y avait à lier ces différents épisodes bien qu'il existe quelques similitudes et que ces destins se croisent à plusieurs moments. Je n'ai pas saisie ce qui les reliait vraiment.
De plus, ce procédé entraîne nécessairement de la part du lecteur une comparaison qui s'est faite pour moi au profit des histoires se déroulant en Californie, et, dans une moindre mesure, au Nevada. La dernière partie sur Lucien Segura s'étend un peu trop en longueur et celle d'Anna ne m'a pas du tout plu, notamment parce que je n'ai pas accrochée avec le personnage de Rafael.

Divisadero, malgré de nombreuses qualités, ne captive vraiment que lors de ces 50 premières pages. Ce qui peut apparaitre peu comparé aux 250 suivantes, trop banales pour attirer l'attention. Heureusement pour Ondaatje que la littérature ne fait pas bon ménage avec les mathématiques.

Posté par oranee à 01:59 - Roman anglo-saxon - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire