What a glorious day !

--

25 mai 2008

"La sève et le givre" de Léa Silhol

seve_givreLa française Léa Silhol nous transporte dans La sève et le givre, roman publié en 2003, en Féerie, sur les traces d'Angharad, petite fille de la Reine des Neiges au pays d'Hiver, et du Seigneur Finstern des Cours d'Ombre, Roi de Dorcha.

Bon, je me rends bien compte que mon résumé ne donne pas très envie de courir acheter le livre. Vous auriez tort : cet ouvrage est une sacrée découverte. Rien de moins, oui. J'explicite tout cela bien sûr.

D'abord, j'adoooore le style abstrait -voire parfois carrément poétique- de Léa Silhol. On pourrait croire que l'auteur nous a pondu un roman indigeste pour son lecteur mais sa plume est si légère que ça en devient presque rageant. Un roman aussi bien écrit, ça ne devrait vraiment pas exister, tout simplement.

Léa Silhol ose tout : le roman, estampillé fantasy, est pourtant avant tout le siège d'une brusque et brutale histoire d'amour. Ensuite, viennent les guerres et les complots si chers à ce genre littéraire. Et encore, l'univers de La sève et le givre, la Féérie, est tellement inédit et insidieux que les intrigues prennent une toute autre tournure. Ou comment lire de la fantasy sans en avoir conscience.

Il est vrai que certains passages, insistant un peu trop sur l'amour partagé entre les deux héros, sont à la limite de la mièvrerie, voire de l'insipide. Et oui, le personnage principal féminin est un peu trop parfait. En même temps, c'est une fée. Et puis, je le répète, c'est tellement bien écrit que tout le reste compte peu. Bien sûr que l'amourette est classique. Mais cela se lit tout de même très bien.

Alors, c'est sûr, cela donne une étiquette très "fille" à ce roman fantasy, certains mecs virils diront que c'est de l'eau de rose. C'est qu'ils ne l'auront pas lu. Par contre, je l'avoue, certains passages sont si abstraits qu'on ne comprend pas vraiment la signification -symbolique ou réelle- de ce qu'écrit l'auteure. Certains éléments m'ont apparue très flous, malgré une relecture rapide.

Le monde doit savoir : La sève et la givre n'est pas un roman à l'eau de rose. D'accord, ils s'aiment. Mais non seulement leur amour est maudit, mais en plus la Féérie n'est pas une contrée paisible et luxuriante. Et toc.
La suite a été publiée l'année dernière. A suivre, donc.

Posté par oranee à 01:04 - Fantasy - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire