What a glorious day !

--

15 février 2009

"La Cité des Ténèbres T1 La Coupe Mortelle" de Cassandra Clare

ihxwo8axLa coupe Mortelle est le premier tome d'une trilogie intitulée The Mortal Instrument Trilogy, curieusement traduite par La Cité des Ténèbres, peu ou prou titre du premier tome en anglais. Une bizarrerie de chez Pocket Jeunesse, encore une. Mais je m'égare, parlons ici du contenu.

Clary, jeune fille ordinaire résidant à Brooklyn avec sa mère fait face, le même jour, à la disparition de celle-ci et à un meurtre étrange commis par de jeunes gens louches. De fil en aiguille, Clary apprend qu'il existe en ce bas monde de vilains démons poursuivis par de gentils chasseurs d'ombre afin de protéger  les pauvres humains que nous sommes. Enfin, ces chasseurs ne sont pas tous agréables, et les démons ne sont pas tous méchants. Enfin, c'est compliqué, quoi.

Vous l'aurez senti -ou non-, ce roman m'a emballé. Et pourtant, arrivée au premier quart de l'ouvrage, j'avais déjà en tête tous les défauts que je balancerai ici même, avec mauvaise foi, sur ce blog, ce de manière hargneuse contre cette sous-littérature venue tout droit de ces satanées Meyer et Rowling. Bon, j'exagère un peu, mais j'étais très mécontente, parce que je n'en avais entendu que du positif.
Et puis, par la suite, tout ce que je reprochais à ce livre s'est atténué, voire estompé. Ça reste un peu naïf, et certains rebondissements se voient venir à des kilomètres, mais pour de la littérature jeunesse, ce premier tome s'avère bien plus subtil que ce à quoi on pourrait s'attendre.

Le reproche communément fait à la littérature jeunesse est que ses personnages sont quasiment toujours calibrés. Pas nécessairement unidimensionnels, même si cela arrive, mais les héros font à peu près toujours les choses qu'on imagine qu'ils feront -malgré les rebondissements, qui, eux peuvent surprendre-, et ce, toujours sans concession pour leurs idéaux bien pensants. Cela a conduit à d'excellents ouvrages, voire à des chefs d'œuvre, mais la formule lasse le lecteur dès que celui-ci découvre la littérature dite adulte, plus torturée, et donc plus à son image.
Or, on a affaire ici à un livre dur, emplis de concessions de la part de personnages à peine entrés à l'âge de l'adolescence. Certes, ceux-ci sont globalement du bon côté, mais le doute les assaille, leur pessimisme est terrible, c'est l'image de notre époque qu'on nous renvoie ici et cette image est particulièrement chagrine.
L'héroïne, pour une fois, n'est pas une tête à claque, bien qu'elle soit parfois très longue à la détente  et Jace, au départ assez pitoyable, s'épaissit au fur et à mesure pour devenir quelqu'un de très intéressant
L'adversaire des héros, Valentin est certes rongé et désapprouvé tout au long du roman, mais ce que l'on critique, c'est surtout les moyens qu'il emploie pour défendre son opinion, elle-même pourfendue mais de manière bien plus accessoire. D'ailleurs, ce personnage est lui aussi à la limite : grandement lié aux héros, il joue et passe d'un côté à un autre avec aisance. Même si on sait qu'il a commis des choses affreuses, il reste en tout et pour tout bien loin de la caricature. On trouve d'ailleurs pas mal de personnages secondaires troubles, des traitres, qui rendent le roman assez surprenant.
Curieusement, même les personnages secondaires, qui n'apportent que peu d'intérêt à l'intrigue principale -Simon, Alec et sa sœur- ne sont pas énervants, bien qu'ils soient au final assez insignifiants.

L'intrigue, elle s'avère prenante sur les derniers deux tiers du roman, tout s'enchaîne alors, dans un concert rondement mené par des personnages principaux en grande forme. On notera quelques longueurs, dès qu'un des personnages secondaires expliquent à la jeune Clary les tenants et aboutissants de ce qui se passe et les secrets -prévisibles- que notre héroïne a du mal à avaler, mais rien de rédhibitoire. On va de révélation en révélation, plus ou moins bien amenées, mais assez osées -notamment celle concernant nos deux sympathiques héros. Bref, il y a de l'action, ça va vite, et c'est tant mieux, au contraire de la première partie qui s'appesantit tout le long -je pense notamment à la scène dans la tanière des vampires.
Contrepartie malheureuse à ce ton efficace, l'écriture n'est pas très soignée, le langage courant est largement utilisé : ce n'est vraiment pas à couper le souffle. Autre problème par rapport au fond, l'auteure ne cesse de tout nous expliciter, comme si on ne comprenait pas ce que sous-entendait les dialogues de ses personnages. C'est franchement fatiguant à la longue, roman jeunesse ou pas.

J'ai vu beaucoup dans ce roman, peut être plus qu'il n'en fallait dire d'ailleurs. Il reste que ce premier tome est très efficace et fait passer à son lecteur un excellent moment. J'attends la suite avec impatience, donc.

Posté par oranee à 20:21 - Jeunesse - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire