What a glorious day !

--

16 février 2009

"Uglies" de Scott Westerfeld

ugliesJe ne vais plus lire que des romans jeunesse pendant encore quelques temps, depuis que je suis allée faire un tour du côté de ce rayon chez mon libraire. Et je m'en vois absolument ravie ! Uglies, de l'auteur américain Scott Westerfeld, premier tome de ce qui est une trilogie -du moins d'après ce que j'en ai compris- est une excellente surprise.
Cela faisait pas mal de temps que j'en entendais parler, mais j'étais loin d'être convaincue par le résumé, que je trouvais par trop simpliste -les beaux contre les moches, quelle histoire aussi !
En réalité, on a ici affaire à un roman de science fiction plutôt original, et dont on pressent que tout ne nous a pas été révélé au terme de ce premier tome. Je serai sans doute là pour les prochaines aventures de ces petits jeunes.

Tally est une jeune fille moche. Pas pour longtemps : pour ses seize ans, elle rejoindra ses beaux amis. Dans un futur lointain, les hommes à leur majorité subissent en effet une opération chirurgicale qui les rend beaux, afin d'éviter toute discrimination. Tout cela cache évidemment un vilain complot que notre petite héroïne, qui a rejoint les rebelles tente de démasquer.

L'atmosphère, dès le départ, est très particulière, bien loin de la plupart des romans d'anticipation. Tout y est policé, et bien agencé, aucun lien ne semble avoir subsisté entre les membres de cette communauté, ambiance Bienvenue à Gattaca. Cette impression désagréable que quelque chose cloche est confirmée par l'opposition qu'en fait l'auteur avec le campement des rebelles, proches de la nature. Un paradoxe largement soulevé mais un peu maladroit, quoique. En effet, si Westerfeld, pas fou, nous livre une critique virulente contre les diktats de la beauté, et plus largement, de la norme de cette utopie, il va aussi un peu plus loin : les "Rouillés" -vous, moi, nous en ce moment- ont détruit leur planète, ou pas loin, les rebelles ne respectent pas l'environnement et les disputes et l'hystérie font partie intégrante du camping amélioré qu'ils ont mis en place. Certes, ils ne sont pas policés. Mais bon, il y a aussi de quoi s'inquiéter.
Du coup, on ne sait pas vraiment où se placer, bien que la balance penche naturellement vers nos rebelles héros du roman. Mais si on y réfléchit quelques instants, l'argumentation de l'autre camp n'est pas dénuée de sens, loin de là. Après, les moyens employés ne sont pas politiquement correct, ce qui est fort dommage d'ailleurs, car du coup, il est plus facile de conspuer cette nouvelle société et ceux qui la contrôlent.

On le voit, cet ouvrage donne lieu à maints réflexions, en voici exposées les principales, mais il y en a d'autres. C'est d'ailleurs assez amusant d'entendre parler les jeunes de cet hypothétique futur : nos grands problèmes actuels, tel que l'anorexie, les moyens de transport leur paraissent assez invraisemblables et ridicules. Aujourd'hui, ils nous semblent insolubles ! C'est très intéressant. D'autres thèmes, plus fréquent en matière de SF, sont aussi évoqués, comme la dépendance de l'homme à la technologie, mais de manière plutôt originale.

Après, il est certain que la catégorie "roman jeunesse" colle un peu à la peau du bouquin : l'écriture est banale, le lecteur est trop accompagné dans ses réflexions et les personnages sont assez fades -l'héroïne à ce titre est franchement chiante à ne pas savoir ce qu'elle veut pendant les trois quart du livre. L'auteur cherche à être accessible, et je suppose qu'il y a 10ans, à la lecture de ce roman, j'aurais été enchantée, mais aujourd'hui, ce style-là me gène un peu. Il y a un vrai manque de travail et de souffle par rapport aux personnages : aucun ne tire son épingle du jeu, que ce soit la bonne copine à la rebelle attitude ou le love interest aux mains calleuses. Dernier défaut, l'intrigue met énormément de temps à se mettre en place, la première partie est franchement ennuyeuse.

Uglies reste cependant un roman tout à fait correct, et même très sympathique, exception faite bien sûr de ses personnages qui ne sont que peu attachants. Enfin, cela reste de la bonne science fiction, qui s'interroge et qui parfois émerveille. Il y a de très bonnes idées dans ce livre et de bons développements. La littérature jeunesse a franchement changé depuis la mienne. Tant mieux !

Posté par oranee à 19:18 - Jeunesse - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    J'ai acheté ce livre l'année dernière devant l'enthousiasme de Fashion et Karine, mais je ne l'ai pas encore lu. J'ai toujours beaucoup aimé la littérature jeunesse (les cascades ont fait mon bonheur quand j'étais petite notamment), mais je n'ai pas vraiment envie de ça en ce moment.

    Posté par Lilly, 28 février 2009 à 12:28
  • En ce qui me concerne, j'avais un peu perdu de vue cette littérature et j'ai bcp à rattraper.
    Je découvre totalement une partie de la littérature jeunesse qui s'est développée il y a quelques années et qui est axée SF et fantasy. Et je suis très agréablement surprise pr le moment. Par exemple celui-ci, il faut le lire, surtout que, s'il ne dde pas un investissement très important, cela reste qd même intelligent.

    Posté par oranee, 28 février 2009 à 14:07

Poster un commentaire