What a glorious day !

--

17 mars 2009

"Loin" de Victoria Lancelotta

loinMartha décide de fuir Baltimore où elle a toujours vécu pour raisons professionnelles -du moins, c'est ce qu'elle dit à ses proches. Aménageant dans une petite ville, elle se rappelle son enfance, Edward, sa famille, les hommes qu'elle a connu, et le reste.

Je n'avais jamais entendu parler de Victoria Lancelotta il y a de cela quelques semaines. Et puis, à la lecture de quelques post ici ou là, je me suis dit, sans pouvoir vraiment me l'expliquer, que ce livre aurait de l'importance. Et curieusement, c'est exactement ce qui s'est passé.
L'intrigue est un peu décousue, sans doute car elle n'a rien de linéaire -c'est tellement meilleur ainsi. Qu'importe du reste, on s'y retrouve assez facilement au final, bien qu'il faille démêler les nœuds du récit en début de roman. Mais là n'est pas le plus important. Ce n'est pas un roman qui se dévore, dont on veut absolument savoir ce qui s'y passe lors du chapitre suivant. Il ne vous permettra pas de vous évader, ne vous apprendra certainement rien, ne vous emplira pas d'espoir, ne vous rendra pas compte d'une certaine réalité sociale. Il vous bouffera, il vous mettra à cran. Surtout, il vous sera essentiel.

Car le lecteur est très rapidement happé par l'environnement destructeur et diminué que constituent ces villes américaines pas nécessairement en marge, mais pas non plus toujours sur le fil, des lieux de vie un brin pathétiques au prime abord mais qu'on ne veut plus quitter au terme du récit, des endroits où résident des gens ordinaires dont on ne peut déjà plus se passer.
Derrière cela, il y a bien évidemment la vision d'une certaine Amérique, que l'auteur, allègrement, nous retranscrit de sa plume sèche. Cette Amérique n'est pas vraiment colorée, elle n'est pas forcément très réjouissante, mais elle est bien plus que véritable, elle est debout, visible, elle transcende.  Reste que cette vision n'est qu'accompagnatrice : elle n'est pas tout le roman, elle n'en est que le cadre, la jonction, l'arrière plan -mais quel plan !

L'auteur dépeint de manière sourde, sans emphase une femme des plus ordinaires, d'une complexité édifiante, qui sans même se décider, sans en rendre compte, se rappelle son enfance, sa famille, ses aventures, ses petits bouts d'histoire tous liés par l'infatigable désespoir de cette femme, qui jamais ne se lamente. On ne doit surtout pas avoir pitié d'elle, on ne peut avoir que de la sympathie pour quelqu'un qui n'a pas pris l'autoroute de la normalité, qui ne l'a jamais souhaité, et qui ne souhaitera jamais. Le regard de ses amis, de sa famille, d'Edward et des autres est difficile à porter, mais elle le portera, du moment qu'il existe des femmes comme sa voisine, Louise. Tout s'étiole peut être à la fin, mais elle continue, et ne demande. Elle envisage, ne se repent pas, elle jette un regard pour mieux abandonner, pour mieux disparaître. Car il est difficile de ne pas y penser à la longue, d'émettre des hypothèses. Comme personnage, Martha est magistrale. Pour le reste, je ne sais que penser.

Je me retrouve un peu dans tous ces personnages, ils me sont familiers ; j'ai sans doute été marqué par ce livre à cause de cela. Je suis à peu près certaine que ça a compté. Mais ce ressenti positif, s'il aide à tourner la page suivante, résulte aussi de cette écriture, de cette mélancolie sous-jacente, de cette détresse omniprésente que l'on doit ressentir, quand bien même on ne se sent pas concerné, quand bien même les personnages ne nous parlent pas. Je ne peux croire que ce récit puisse laisser insensible.

Un roman profondément noir, lourd de sens et dur. Un roman très éclairé, des personnages extrêmement réussis et une réflexion diffuse. Un très beau roman.


Commentaires

    Je suis comme toi : je connais l'auteur depuis très peu de temps, mais je veux absolument la lire. J'espère que j'aimerais autant !

    Posté par Lilly, 17 mars 2009 à 09:43
  • J'aime bien ton analyse, et j'ai ressenti exactement la même chose. Je suis contente que tu apprécies cet auteur, Victoria Lancelotta est injustement méconnue !

    Posté par Clarabel, 17 mars 2009 à 10:24
  • Lilly : Ah oui, il faut absolument le lire ! Et j'espère que tu aimeras tt autant -il y a de gdes chances pr que ce soit le cas

    Clarabel : Merci ! Effectivement, je ne la connaissais pas du tt, et je l'ai découvert sur ton blog, je ne te remercierai jamais assez ! C'est une sacrée découverte !

    Posté par oranee, 17 mars 2009 à 14:27

Poster un commentaire