What a glorious day !

--

13 avril 2008

"Tigane" de Guy Gavriel Kay

9782290003190Tigane (1990) fait parti, avec Une chanson pour Arbonne, des premiers romans de fantasy historique écrit par Guy Gavriel Kay.
Brandin d'Ygrath s'est fait maître de la majeure partie de la péninsule de la Palme. Une des provinces, Tigane, a donné plus de fil à retordre que les autres : le fils de Brandin y a été tué pendant une bataille. Le nouveau roi a alors jeté un sort particulièrement pervers empêchant aux habitants de la péninsule de se souvenir de Tigane. Seuls les natifs de la province se rappellent encore, alors que celle-ci est vouée à disparaitre.

Alléchant, n'est ce pas ?
L'intrigue, particulièrement riche - et c'est toujours le cas avec Kay-, vous laisse rêveur et pantois : c'est d'une poésie à toute épreuve. Les réflexions qui en découlent, d'abord sur la liberté et, surtout, sur l'identité, confère à cet ouvrage une force indéniable, d'autant plus qu'elles s'appuient sur une réalité historique, la Renaissance en Italie.

Vraiment, je crois que j'aime tout dans ce roman. Aucune remarque sur le style : celui de l'auteur reste impeccable. Mais, c'est vrai, je l'avoue sur le bout des lèvres, quelques petites choses m'ont ennuyées. Déjà, certains personnages, comme Devin, m'ont franchement déplu. Ne me demandez pas pourquoi, je n'en sais fichtre rien. De plus, si la plupart sont très bien écrit, certains -et je pense particulièrement à Alessan, et même, à certains égards, à Dianora- m'ont laissé de marbre du fait, selon moi, de la distance -recherchée par l'auteur- existant entre eux et le lecteur. C'était assez gênant : leur objectif à tous était enlevé et élevé, très supérieur parfois, et je voulais entrer, à tout prix, dans ce milieu là, je voulais me battre avec eux, bon sang ! Mais voilà, la porte était close. J'étais vraiment en rage lors de certains passages.
Bon, j'exagère quelque peu, mon côté Maggie Fitzgerald sans doute.

Mais je pardonne ! Kay m'a tellement apporté avec les lions que je ne peux décemment pas demander mieux.

Je reprendrai donc bien, à l'avenir, du Guy Gavriel. Car malgré tout, je suis vraiment conquise par le bonhomme.
Ode à vous Mister Kay.

Posté par oranee à 13:51 - Fantasy - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire